Actualité


HOMMAGE AU GRAND HÉROS AFRICAIN : MOUAMMAR KADHAFI, GUIDE DE LA Jamahiriya Le 20 octobre dernier était le sixième anniversaire de l’assassinat du dirigeant Libyen et Africain. Nous rendons hommage au combattant pour l’indépendance de son pays et du Continent Africain, tombé dans les champs de bataille orchestrés par les criminels Sarkozy et Bernard Henri Levy, la haineuse Clinton et le fourbe Cameron avec le soutien matériel du Qatar et la complicité  de la presse arabe. Tout ce qui est arrivé après l’assassinat du Guide, le renversement de la Jamahiriya, la situation chaotique dans laquelle se trouvent la Libye et le Sahel, le flot de migrants généré par cette situation affirme les constats suivant : * Kadhafi avait un projet de civilisation que les ennemis de l’humanité ont fait échouer * Kadhafi avait un projet humanitaire qui a été confisqué afin de faire tomber la Libye et les régions voisines dans un conflit permanent * Kadhafi avait un projet de liberté qui a été liquidé en faveur de la domination des forces de l’injustice, de l’oppression et de l’asservissement religieux, social et économique * Kadhafi avait un projet de justice sociale et économique ciblant le capitalisme mondial qui met la main sur tous les moyens d’existence de tous les peuples Où est le corps du leader Kadhafi ? Pourquoi a-t-il été caché ? Pourquoi n’a-t-il pas été rendu à sa famille ou à sa tribu, comme le veut la tradition ? Pourquoi les Instances internationales n’ont elles jamais enquêté sur le meurtre de Mouammar Kadhafi ? Nous avons crée une commission d’enquête en mars 2011 afin de faire connaître la vérité sur les mensonges et les accusations de la presse nationale et internationale. Nous allons créer un Comité de soutien à Saïf Al Islam Kadhafi dans son combat pour rassembler les Libyens épris de justice, de Liberté et de Solidarité.               Conférence-débat Au Théâtre de la Main d’Or 15 Passage de la Main d’Or 75011 Paris Paris, 15 novembre 2017 de 15 heures à 18 heures Les signataires : La Voix de la Libye.com Comité International de défense des droits du peuple libyen Dieudonné et le Thé âtre de la Main d’Or Le CRI, Comité Révolutionnaire international Comité de soutien à Saïf Al Islam Kadhafi L’Association  » entre la plume et l’enclume » https://www.facebook.com/events/558902921115164/?active_tab=discussion   Source : http://lavoixdelalibye.com/2017/11/04/hommage-au-grand-heros-africain-mouammar-kadhafi-guide-de-la-jamarihia/ Partagez :0

HOMMAGE AU GRAND HÉROS AFRICAIN : MOUAMMAR KADHAFI, GUIDE DE LA Jamahiriya


Charlie Chaplin
Chaplin, l’homme que George Bernard Shaw appelait « le seul véritable génie que le cinéma ait jamais produit » couchait avec des enfants. Riche et célèbre, il échappa à la prison. La première victime de Chaplin était Mildred Harris. Bien qu’on ne sache pas très bien quand leur relation a commencé, Harris a donné naissance à l’enfant de Chaplin à l’âge précoce de 16 ans. Pour éviter d’être poursuivi pour viol, Chaplin épousa Harris. Ne voulant pas être mariée à son violeur, le couple a divorcé quand Harris a finalement eu l’âge légal. C’est alors que Chaplin a placé ses vues sur une victime encore plus jeune, Lita MacMurray – elle avait six ans lorsqu’ils se sont rencontrés pour la première fois. Quand elle avait 12 ans, Chaplin disait qu’elle avait 19 ans quand il sortait la pré-adolescente dans le monde. Tout comme Harris, MacMurray a été enceinte de Chaplin à l’âge de 16 ans. Chaplin a exigé de MacMurray qu’elle avorte ; il l’a chassée du film quand elle a refusé. La famille de Grey a menacé de le dénoncer pour viol. Chaplin épousa la starlette sous la contrainte et en secret en 1924, en disant à ses amis que « le mariage était une meilleure option que la prison ». Cette décision a entraîné une vie de misère pour sa femme qui a donné naissance à deux fils au cours de trois ans de mariage avec ce malade. Bien que Chaplin ait la jeune fille sous son contrôle, des documents judiciaires révéleront plus tard qu’elle était essentiellement une enfant esclave sexuelle. Selon un rapport, une copie originale des documents du divorce de 1927 est apparue en avril 2015. Dans les documents, elle décrit son traitement « révoltant » et « inhumain« . Les documents révèlent qu’elle a été forcée de commettre des actes sexuels illégaux en Californie dans les années 1920. Chaplin a exigé qu’elle participe à une partie à trois avec une autre femme. Une fois, il lui aurait crié : « Tous les gens mariés font ce genre de choses. Tu es ma femme et tu dois faire ce que je veux que tu fasses. » Au moment du divorce, des détails ont été divulgués à la presse de ses « désirs sexuels pervers », ce qui a laissé Chaplin au bord d’une dépression nerveuse alors que les appels à l’interdiction de ses films se multipliaient. Au lieu d’être banni, Chaplin allait être salué comme un héros. En 1972, il a même reçu un Oscar honorifique. https://mouvement-jre.com/je-ne-suis-pas-charlie-chaplin-violeur-denfants/ https://www.oddee.com/item_99387.aspx http://www.mirror.co.uk/tv/tv-news/charlie-chaplin-seduced-just-15-5448940 Partagez :0

Je ne suis pas Charlie Chaplin, violeur d’enfants


désinformation
Article écrit d’après l’oeuvre de Vladimir Volkoff « petite histoire de la désinformation ». Cet article a pour but de donner les principes généraux de la désinformation afin d’avertir le public du danger qu’elle représente pour la liberté de pensée. Par Eric Woillez | 10 NOV. 2017 | Le Blog d’Eric Woillez Qu’est ce que la désinformation? La notion de désinformation est passée dans le vocabulaire courant. Cependant, ce concept est encore mal compris voir inconnu du grand public. Malgré son importance dans les société modernes, aucun cours fouillé sur le traitement de l’information et les techniques de désinformation n’a jamais figuré dans les programmes scolaires. On peut proposer pour la désinformation la définition suivante [1]: La désinformation est une manipulation de l’opinion publique, à des fins politiques, avec une information traitée par des moyens détournés. Il est important de distinguer la désinformation de deux pratiques voisines, l’intoxication et la publicité. L’intoxication vise un groupe restreint de décideurs, l’état-major ennemi par exemple lorsqu’il s’agit d’intoxication militaire. La publicité vise à séduire le public, elle peut être fallacieuse, mais elle va droit au but et n’emploie pas de moyens détournés. Cet article a donc pour but de donner les principes généraux de la désinformation afin d’avertir le public du danger qu’elle représente pour la liberté de pensée. Il n’a pas pour but de faire un cours complet sur la notion de désinformation. Chacun pourra, s’il le souhaite, approfondir tel ou tel aspect dans des ouvrages plus spécialisés. Nous donnerons tout d’abord brièvement le contexte historique dans lequel est née la désinformation (1). Puis nous analyserons de façon théorique comment est conçue une opération de désinformation (2) et sa mise en oeuvre concrète (3). L’analyse sera illustrée par deux exemples concrets (2-4). Enfin nous verrons comment agit la désinformation sur la population et comment s’en protéger (5). 1-Contexte historique L’idée d’utiliser la désinformation à des fins militaires est très ancienne. L’art de la guerre( V I è ou I V è siècle av. J.C.) [5] du général chinois Sun Tzu est le premier ouvrage connu à donner les principes fondamentaux de la désinformation. Le général Sun Tzu voyait dans la désinformation une technique de guerre efficace: “L’art suprême de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combattre”. Celui-ci résume sa théorie en quelques grands principes qui eurent une influence considérable et servirent de références aux stratèges futurs qui voulurent pratiquer la désinformation (voir le tableau ci dessous). Nous voyons donc que la désinformation fut dès l’origine une technique de guerre, destinée à détruire l’adversaire avec un minimum de forces. Quelques bons principes du général Sun Tzu Discréditez tout ce qu’il y a de bien dans le pays adverse. Impliquez les représentants des couches dirigeantes du pays adverse dans des entreprises illégales. Ebranlez leur réputation et livrez les le moment venu au dédain de leurs concitoyens. Répandez la discorde et les querelles entre les citoyens du pays adverse. Excitez les jeunes contre les vieux. Ridiculisez les traditions de vos adversaires. La pratique de la désinformation est restée balbutiante dans les siècles qui suivirent par manque de moyens techniques. La situation devait changer substantiellement à l’époque moderne avec l’arrivée des médias de masse, l’invention de l’imprimerie, de la TSF et l’apparition de journaux quotidiens. L’opinion publique prit aussi un rôle croissant dans la vie politique, d’où la tentation bien naturelle pour certains individus ou groupes de s’en emparer et de s’en servir à leurs propres fins. Lors de la seconde guerre mondiale, la guerre de l’information fut un élément essentiel du conflit. Elle fut pratiquée sous la forme d’opérations d’intoxication et de propagande, qui ne sont pas à proprement parler de la désinformation mais qui utilisent des techniques très similaires. Citons en particulier deux virtuoses des opérations d’intoxication, Sefton Delmer chez les Britanniques et le tristement célèbre Goebbels chez les nazis. Goebbels avait d’ailleurs coutume de se vanter de  » jouer de l’âme populaire comme on joue du piano ». On peut penser que la désinformation dans sa forme la plus moderne et la plus raffinée apparaît en URSS. Lénine a beaucoup pratiqué la propagande et la désinformation et on lui doit quelques citations remarquables de sincérité:  » Dites-leur ce qu’ils veulent entendre », ce qui est la devise même de toute espèce de désinformation, ou encore « dire la vérité est un préjugé bourgeois mesquin ». Sous Staline, la désinformation prend une ampleur mondiale. Elle est confiée à une élite de spécialistes regroupés dans le département A du KGB qu’on appelait en russe les chapeaux-cachettes. Le but clairement affiché de l’URSS était de faire triompher le communisme partout dans le monde. Le département A a donc organisé entre 1950 et 1989 plusieurs opérations de désinformation maintenant reconnues comme telles.[2] L’opération Tanzanie en 1964 qui avait pour but de monter l’opinion publique en Afrique contre les Etats-Unis, fut un succès total. En France, un agent d’influence travaillant pour le compte du KGB fut pris et condamné en 1979. Une grande opération de désinformation eut lieu qui aboutit à sa grâce en 1981. Bien qu’ayant pris du retard dans la guerre de l’information et la maîtrise de l’opinion publique, les puissances occidentales ont rapidement pris conscience de la puissance de la désinformation et ont su en faire aussi leur profit, et la désinformation n’a pas été bien longtemps le seul privilège de l’URSS. Un exemple historique sera traité plus en détail dans la section (5). Notons simplement pour conclure cette section que la désinformation a acquis de plus en plus d’efficacité grâce à l’apparition d’internet et des réseaux sociaux. Elle n’est plus du tout le privilège d’états puissants et de leur services spéciaux. Les opérations de désinformation – aussi appelés montages- sont parfois menées par des agences privées contre rétribution d’un client qui préfère rester dans l’ombre. 2-Schéma type d’une opération de désinformation Une opération de désinformation n’a pas de schéma fixe puisqu’elle doit impérativement s’adapter au contexte social et politique et aux possibilités techniques. Nous allons cependant essayer de décrire la conception d’une opération dans ses grandes lignes. Elle commence sous l’impulsion d’un client qui est le financeur et le bénéficiaire de l’opération. Ce client peut être […]

Puissance et dangers de la désinformation



Antonio Tajani
Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, veut instaurer une nouvelle taxe européenne. Elle permettrait de doubler le budget de l’Union Européenne. Pour élargir le budget, Tajani ne souhaite pas que les Etats membres paient plus d’argent, mais il propose d’instaurer une taxe européenne. « Nous avons besoin de 280 milliards d’euros au lieu des 140 milliards que nous recevons chaque année », a dit Tajani. Il envisage par exemple de taxer les opérations financières à la bourse. Selon le président du Parlement européen, un budget plus important est une nécessité urgente pour résoudre la crise des réfugiés et lutter contre le terrorisme. De plus, les pays membres de l’UE devraient consacrer de l’argent à la croissance économique. Des investissements «A l’avenir, les Européens devront investir dans l’énergie et dans la numérisation de l’économie », affirme Tajani. « Ce n’est qu’avec une infrastructure adaptée que nous pourrons soutenir la concurrence des États-Unis, de la Chine, de l’Inde et de la Russie ». Antonio Tajani a été nommé président du Parlement européen le 17 janvier 2017. Entre mai 2008 et juin 2014, Tajani était commissaire européen en charge du Transport dans la commission Barroso I, puis commissaire en charge de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat dans la Commission Barroso II. Dans les 2 cas, il était également vice-président de la Commission européenne. Tajani est membre de Forza Italia, qui fait partie du groupe PPE au Parlement européen.   https://fr.express.live/2017/11/14/tajani-taxe-europeenn Partagez :0

Le président du Parlement européen envisage l’instauration d’une taxe européenne


Prince Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud
Abdel Bari Atwan – Les derniers développements en Arabie Saoudite ne sont que le prélude à une guerre imminente qui va remodeler la région et affecter le monde entier.Nous ne devrions pas laisser de petits détails tels que la démission de Hariri ou la détention de princes [saoudiens] et d’anciens ministres détourner notre attention des développements réels qui se déroulent en secret. Nous ne devrions pas non plus laisser ces petits détails nous détourner de la phase plus dangereuse qui suivra la « purge » du prince Mohammad bin Salman sur le front saoudien interne. De telles «purges» sont les préliminaires aux scénarios d’une guerre qui peut être la plus dangereuse de l’histoire de la région. Et nous n’exagérons nullement. Tout ce qui se succède actuellement fait partie d’un modèle bien étudié et soigneusement planifié. C’est le prélude à une guerre sectaire, menée sous des oripeaux de « nationalisme arabe ». Et sa principale cible est la montée en force iranienne et « chiite », l’objectif étant d’écraser ses forces au Yémen, au Liban et en Irak, avec un soutien américain, régional et israélien. L’ancienne Arabie saoudite n’est plus, et le wahhabisme est dans ses derniers sursauts, s’il n’a pas déjà été enterré dans les livres poussiéreux et les livres d’Histoire comme un moment historique passager. Le quatrième État saoudien, revêtu d’une nouvelle tenue moderne et de nouvelles alliances, émerge sous nos yeux. Et quand, lors d’un appel téléphonique avec le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman (l’homme du moment, qui veut être le fondateur de cet état) déclare que « l’approvisionnement des factions au Yémen avec des missiles représente une attaque militaire directe qui peut constituer un acte de guerre », et quand il est approuvé et soutenu par le Pentagone et l’ambassadeur américain auprès des Nations Unies Nikki Haley, cela signifie qu’une alliance prend forme dans la région sous la direction américaine. Pour comprendre le sérieux ou la gravité d’une crise ou d’une action politique ou militaire significative dans une région du monde, nous devons observer la fluctuation des prix de l’énergie (pétrole et gaz) et des marchés boursiers et financiers. C’est le thermomètre le plus important et le plus précis, du moins dans le monde capitaliste occidental. Mardi, le prix du pétrole avait atteint son plus haut niveau depuis deux ans. Les marchés boursiers du Golfe continuaient de baisser sensiblement et, mardi, ils avaient perdu environ 3% de leur valeur en Arabie Saoudite en particulier. Les ventes dépassaient les achats. Et tout cela au moment où nous sommes encore à terre et où les navires de guerre n’ont toujours pas pris le large. L’anarchie avance à marche forcée dans la région. Les Houthis ont tiré un missile extrêmement précis qui a atteint le nord de Riyad et dont les éclats sont tombés sur l’aéroport international du roi Khaled. Ils ont également déclaré qu’ils allaient frapper à nouveau profondément en Arabie saoudite et dans tous les aéroports et ports maritimes saoudiens et émiratis. Et l’expérience des trois dernières années nous a appris que les Houthis n’ont rien à perdre après trois années de guerre destructrice. La première phase que le prince Mohammad bin Salman a lancée – celle consistant à « purger » le front intérieur et à emprisonner onze princes et des dizaines de ministres et hommes d’affaires sous la bannière de la lutte contre la corruption – s’est déroulée sans heurts et sans obstacles. L’homme est maintenant en plein contrôle de quatre secteurs majeurs de l’État – l’économie, les médias, la sécurité et l’armée, ainsi que les deux principales institutions religieuses (une officielle – le Conseil des hauts dignitaires religieux – et une non-officielle – les clercs éveillés). De plus, il a jeté tous ses adversaires, et tous ceux qui s’opposaient publiquement à son règne, derrière les barreaux. Pour commencer, il les a emprisonnés dans un hôtel luxueux, mais personne ne peut prédire où cela pourrait éventuellement mener. En fait, nous croyons qu’il est très probable que ces détentions ne soient que la première étape et que ce qui nous attend soit bien pire, car nous faisons face à un « bulldozer » qui nivelle tout sur son passage. Dans quelques jours ou quelques semaines, il passera à ce que nous croyons être la deuxième phase et la plus dangereuse : celle des affrontements militaires, dont les principales caractéristiques peuvent être résumées comme suit : – D’abord, le début d’un affrontement militaire saoudien/iranien dans le contexte du siège écrasant du Yémen. L’Arabie saoudite a scellé tous les accès terrestres, aériens et maritimes yéménites sous prétexte de fermer toutes les brèches et d’empêcher les missiles iraniens de parvenir aux Houthis. – Deuxièmement, la formation d’une nouvelle coalition, semblable à celle de l’opération « Tempête du désert » formée par le général américain Schwarzkopf en 1990, qui visait à expulser les forces irakiennes du Koweït. Les candidats pour rejoindre cette coalition en plus de l’Arabie Saoudite sont : les Émirats Arabes Unis, la Jordanie, l’Égypte, le Soudan et le Maroc. (Le roi du Maroc visite actuellement Abu-Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, avec des informations selon lesquelles il aurait cherché à discuter avec l’Arabie saoudite des récentes détentions, mais le message de Riyad était clair : pas d’intervention dans ce qui est passe en Arabie saoudite, comme nous l’avons appris de sources fiables). – Troisièmement, le bombardement du Liban et la destruction de ses infrastructures sous prétexte de vouloir éradiquer le Hezbollah. Le parti libanais peut exercer des représailles en bombardant l’État d’occupation israélien avec des milliers de missiles, auquel cas la possibilité d’une intervention iranienne et syrienne pourrait être plus probable que jamais auparavant. – Quatrièmement, l’invasion du Qatar par les forces conjointes égyptiennes, émiraties et saoudiennes, renversant son régime et se heurtant aux forces turques déployées là-bas, dont le nombre s’élève maintenant à plus de 30 000 soldats dotés d’équipements lourds. Le président Erdogan a apparemment perçu ce danger, et c’est la raison pour laquelle il a envoyé dimanche son ministre de la Défense Nurettin Canikli à Doha, voyage qui […]

Les États-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite, sur le point de mettre le feu à tout le Moyen-Orient


V-Pour-Vendetta
Vous avez entendu l’histoire du « terroriste catholique » Guido Fawkes et du parlement anglais. Vous savez ce qu’ils lui ont fait quand il a été balancé par des informateurs. Et à moins que vous n’ayez vécu dans une grotte ces dernières années, vous avez forcément entendu parler de V pour Vendetta, l’adaptation cinématographique par les frères Wachowski du héros de la bande dessinée d’Alan Moore. Même si vous n’avez pas encore regardé le film, vous avez certainement vu le personnage principal que V a laissé en héritage dans des vidéos et des photos de manifestations qui ont eu lieux dans les capitales de la planète ces dernières années : Je ne pense pas que ce soit exagéré de dire que ce film révolutionnaire ait inspiré une génération à se « réveiller ». Ce fut certainement un outil approprié ! Les Britanniques célèbrent cette journée en commémorant la mort de Fawkes et la continuité du statu quo. Ce que la plupart ne réalisent pas, c’est qu’ils célèbrent un crime commis par l’élite contre le peuple. Après la mort de la reine Elizabeth Ier en 1603, les catholiques anglais qui avaient eu une période difficile sous son règne espéraient que son successeur, Jacques Ier, serait plus tolérant envers leur religion. Hélas, il ne l’était pas, et cela a provoqué la colère d’un certain nombre de jeunes hommes qui ont décidé que la réponse était l’action violente. Un jeune homme en particulier, Robert Catesby, a suggéré à des amis proches que la chose à faire était de faire sauter les Chambres du Parlement. Ce faisant, ils tueraient le roi, peut-être même le prince de Galles, et les députés qui rendaient la vie difficile aux catholiques. Pour réaliser leur plan, les conspirateurs se sont emparés de 36 barils de poudre à canon – et les ont stockés dans une cave, juste sous la Chambre des Lords. Mais au fur et à mesure que le groupe travaillait au complot, il devenait clair que des innocents seraient blessés ou tués dans l’attaque. Certains des comploteurs ont commencé à hésiter. Un des membres du groupe a même envoyé une lettre anonyme à son ami Lord Monteagle pour l’avertir de ne pas s’approcher du Parlement le 5 novembre. La lettre d’avertissement parvient au roi, et les forces du souverain entreprennent de stopper les conspirateurs. Guy Fawkes, qui se trouvait dans la cave du Parlement avec les 36 barils de poudre à canon quand les autorités l’ont prise d’assaut dans les premières heures du 5 novembre, a été arrêté, torturé et exécuté. […] L’histoire du Gunpowder Plot (la Conspiration des poudres) est intéressante. Il est généralement admis qu’il aurait été peu probable que les conspirateurs puissent rassembler 36 barils de poudre à canon et les stocker dans une cave sous la maison des Lords sans que les forces de sécurité de l’époque ne se méfient. En outre, il existe un doute sérieux quant à l’authenticité de la lettre susmentionnée. En fait, on pense aujourd’hui qu’elle a été fabriquée par les fonctionnaires du roi. Les historiens suggèrent que la lettre n’était qu’un outil pour les officiers du Roi qui connaissaient déjà l’intrigue de la bouche même d’un des conspirateurs. Comme moyen pour les hommes du roi, la lettre était idéale. Il était facile d’expliquer comment le Roi découvrit le complot et l’arrêta juste à temps avant sa mort prématurée. En même temps, la lettre était assez vague pour donner aux fonctionnaires toute la latitude voulue pour falsifier des confessions et poursuivre leurs propres objectifs anticatholiques. En fait, nous pourrions aller plus loin et suggérer que l’intrigue était un complot, un « faux drapeau » du XVIIe siècle, si vous voulez. Alors que les Britanniques célèbrent aujourd’hui à tort l’exécution d’un homme dont le but principal était de les libérer de l’injustice, le masque qui est venu représenter cet homme par le biais du film V pour Vendetta est aujourd’hui un symbole de cette même volonté de libérer le citoyen ordinaire de la machine de mort grinçante et implacable qu’est la civilisation des temps modernes. Notre élite actuelle voudrait nous faire croire que notre époque est celle de la paix, où il ne reste que quelques avant-postes de barbares récalcitrants (Russie, Syrie, Iran, Corée du Nord et autres) refusant de nous rejoindre dans notre marche vers des œuvres de civilisation toujours plus grandes, cherchant au contraire à imposer un califat mondial violent de quelque conviction islamo-communiste ou autre, restant dans la défiance jusqu’au bout. « Pourquoi nous haïssent-ils ? » se lamentent nos Grands Leaders. Pourquoi résistent-ils à nos vues bienveillantes ? Regardez notre supériorité militaire écrasante, nos prouesses inégalées d’innovation technologique et l’extraordinaire générosité que nous offrons à ceux qui sont moins fortunés que nous. « Le peuple ne devrait pas avoir peur de son gouvernement. Le gouvernement devrait avoir peur de son peuple. » ~ V   Pendant tout ce temps, leurs partisans les plus ardents et leurs Suiveurs autoritaires nous frappent la tête avec des matraques de police, nous tripotent dans les aéroports, nous fouillent au corps pour le plaisir de nous humilier, nous tirent dessus au Taser parce qu’ils peuvent nous arnaquer grâce à des mesures d’austérité, nous envoyer mener leurs guerres, cocher des noms sur les listes pour les éliminer à l’aide des drones Predator et attaquer des pays en les bombardant depuis une hauteur de 12 km pour les « libérer ». Nous vivons dans un empire mondial qui a si bien camouflé sa véritable fonction – cultiver et exploiter la souffrance humaine au profit de son élite – que la plupart sont totalement inconscients de la source de leur souffrance : les manœuvres délibérées des psychopathes au pouvoir. Quelques milliers d’Adam Sutlers (le Grand Chancelier tout puissant) et Peter Creedys (le – vils membres du Parti en tant que psychopathes de toutes sortes – sont tout ce qu’il a fallu pour mener cette planète au bord de la perdition.   M. Creedy : Meurs ! Meurs ! Meurs ! Pourquoi tu ne meurs pas ? Pourquoi tu ne meurs pas […]

Guy Fawkes: « Le peuple ne devrait pas avoir peur de son gouvernement. Le gouvernement devrait avoir peur de son peuple. »



Mossad
ENQUETE – Les révélations se poursuivent dans l’affaire Weinstein, l’un des plus gros scandales sexuels de ces dernières années. Ce mardi, le « New Yorker », l’un des journaux à l’origine de l’affaire, raconte comment le producteur s’était attaché « une armée d’espions » pour faire taire ses présumées victimes. 07 nov 2017 08:40La rédaction de LCI « Une armée d’espions ». C’est avec ces termes que l’hebdomadaire américain New Yorker révèle ce mardi la façon dont Harvey Weinstein tentait d’étouffer les différentes affaires d’abus sexuels présumés le concernant. Selon le magazine, il a en effet employé des moyens colossaux pour tenter d’enrayer les révélations. Dans cette optique, il utilisait, par l’intermédiaire de ses avocats, les services d’ex-agents secrets israéliens du Mossad enquêtant sous de fausses identités, affirme le New Yorker. Selon l’article, le producteur en disgrâce a déployé cette « armée d’espions » depuis au moins l’automne 2016. Des enquêtes sur Rose McGowan et des journalistes  Le New Yorker cite des dizaines de documents et sept personnes directement impliquées dans les efforts du producteur déchu pour empêcher en vain la publication d’accusations à son encontre. D’après l’hebdomadaire, une ex-agent israélienne, employée de la société Black Cube, dont le contrat prévoyait au moins 200.000 dollars d’honoraires, a notamment contacté l’actrice Rose McGowan, l’une des principales accusatrices, en prétendant être une militante pour les droits des femmes. Elle a enregistré en secret des heures de conversations avec McGowan, qui s’apprête à publier ses mémoires, « The Brave », un livre qui inquiéterait Weinstein. L’agent de Black Cube qui avait établi des contacts avec Rose McGowan a par ailleurs, sous une différente identité, contacté des journalistes enquêtant sur les agressions sexuelles présumées du producteur, notamment un reporter du magazine New York, Ben Wallace, pour savoir de quelles informations ils disposaient. Weinstein et son équipe ont aussi enquêté sur les reporters eux-mêmes, y compris leur vie personnelle et sexuelle et leurs précédentes enquêtes et potentiels litiges, pour tenter de les contredire, les discréditer ou les intimider. Son équipe a notamment rassemblé des éléments sur l’ex-femme de Ben Wallace. Toujours selon le magazine, le producteur en disgrâce suivait personnellement les avancées de ces enquêtes. Certaines étaient orchestrées par ses avocats, dont David Boies, célèbre notamment pour avoir défendu Al Gore lors du litige sur le scrutin présidentiel de 2000 et pour avoir plaidé en faveur du mariage gay devant la Cour suprême. « C’est une fiction de suggérer que des personnes aient pu être visées (ou aient fait l’objet d’efforts d’intimidation) » Sallie Hofmeister, porte-parole de Weinstein Autre révélation concernant les méthodes de Weinstein, on apprend qu’il a obtenu des informations de Dylan Howard, un homme de l’ombre mais au pouvoir immense : il est directeur des contenus d’American Media Inc. qui publie, chaque semaine, le magazine National Enquirer. L’un des journalistes de National Enquirer a notamment appelé l’ex-femme de Roberto Rodriguez, un réalisateur ayant eu une relation amoureuse avec Rose McGowan, pour lui faire dire des commentaires négatifs sur la comédienne. La porte-parole de Weinstein, Sallie Hofmeister, et David Boies n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de l’AFP. Mais Sallie Hofmeister a déclaré au New Yorker : « C’est une fiction de suggérer que des personnes aient pu être visées (ou aient fait l’objet d’efforts d’intimidation) », a-t-elle lancé, évoquant une « conspiration ». Ronan Farrow, l’auteur de l’article du New Yorker – et qui également le fils de Mia Farrow et Woody Allen – précise que Weinstein utilisait des détectives pour enquêter sur les journalistes qui écrivaient des articles négatifs le concernant depuis des années. Il indique également que des ex-employés de Weinstein ont été recrutés sous le faux prétexte de faire des recherches pour un livre sur « les belles années de Miramax », la maison de production co-fondée par Harvey Weinstein et son frère Bob. Au lieu de cela, ils ont été utilisés pour rassembler des listes d’anciens employés et d’actrices, les contacter… et les intimider Partagez :0

Affaire Weinstein : comment le producteur s’acharnait à étouffer les affaires en employant d’anciens agents du Mossad


Amérindiens
L’un des plus grands génocides de l’histoire de l’humanité et pire encore celui-ci continue tranquillement. Les amérindiens sont parqués principalement dans des zoos réserves au états-unis d’Amérique. Le cinéma des années soixante en a fait des barbares sauvages qui agressaient les pauvres colons esseulé dans leurs forts… ce qui est assez loin de la réalité historique. Aujourd’hui leur seul droit est de conserver le silence. Avant l’arrivée des colons, huit millions d’Amérindiens vivaient parmi soixante millions de bisons (Carl et Lewis traverseront des troupeaux s’étendant sur plus de 20 kilomètres) et deux millions de loups sur un espace de 9.364.000km carré, actuel Etats-Unis d’Amérique.. Soit six bisons par km carré, un homme par 2 km carré et un loup par 5 km carré. Et de nos jours : Quelque centaine d’amérindiens Quelques milliers de loups (traqué sans cesse) Dix mille bisons S’il est certain et reconnu que les maladies intégrées involontairement par les colons en Amérique causèrent la majeure partie des morts amérindiens, le regroupement, la déportation et l’exécution de tribus entières, qui ne figurent dans aucun manuel d’histoire, est responsable d’un nombre de morts ahurissants, oubliés. Les Anglo-saxons n’ont jamais pensé que les Amérindiens pouvaient être « utilisables ». Ils les considéraient comme des adorateurs de Satan, des sauvages qui ne pouvaient pas trouver de salut au sein de la toute puissante Eglise, aussi leur extermination pure et simple, fut adoptée, petit à petit, « comme la seule politique acceptable ». David E. Stannard écrivait « des milliers d’Indiens furent assassinés, sans relâche, escarmouche après escarmouche. Des centaines d’autres furent aussi assassinés au cours d’empoisonnements de masse, planifiés avec une habileté et une traîtrise ignoble. Un grand nombre d’amérindiens furent capturés au cours de véritables battues, à l’aide de chiens de meute et des Mastiff. » Les bisons sont massacrés pour leurs fourrures et pour priver les amérindiens de leurs principales sources de nourriture. Jusque dans les années 1830-1840, l’Ouest des Etats-Unis demeure le domaine des Indiens. L’honteuse déportation des tribus amérindiennes de l’Est par les troupes américaines vers le « Territoire indien » (une bande de terre au centre des USA « accordée » aux amérindiens) marque le peu d’intérêt que les colons européens portent à cette région jugée trop aride pour être cultivé. Tout change en 1848 avec la découverte de l’or en Californie (où là aussi de nombreuses tribus vont disparaître, exterminées pour la folie de profit des colons). Depuis les grandes villes de la côte Est des USA, des dizaines de milliers de colons vont s’élancer vers l’Ouest. S’en suivront de nombreux accrochages avec les peuples amérindiens qui habitaient les grandes plaines des Etats-Unis. Ces accrochages vont se transformer en de véritables guerres avec l’envoi des troupes américaines, envoyées par le Congrès américain pour protéger l’avancée de leurs colons. Ces guerres vont se terminer en 1890 par un triste et célèbre massacre : Le massacre de Wounded Knee, où plus de trois cents Sioux-Lakotas désarmés vont être massacré par les mitrailleuses Hotchkiss du 7e régiment de Cavalerie. Les morts (hommes, femmes et enfants) dépouillés de leurs vêtements, sont jetés dans une fosse commune. S’il est vrai qu’aucun des camps n’eut jamais le monopole de la terreur et des crimes, une simple comparaison des pertes subites par chacun des deux « camps » suffit à comprendre l’ampleur du désastre. Le génocide culturel, qui s’accompagne par la disparition total des rites indiens, est lui reconnu de tous. La vidéo qui suit est très intéressante, elle vous donne en image et en musique un résumé de ce qui est écrit ci dessus et vous propose une très bonne leçon d’histoire accessible à tous. A voir absolument. Stéphane Guibert / Finalscape / VK     Histoire & Réalités : Le massacre des Amérindiens Partagez :0

Histoire & Réalités : Le massacre des Amérindiens


RFID hand
Puces RFID Comme le savent les adhérents et sympathisants qui me suivent de plus puisque depuis plusieurs années, j’ai fait figurer dans mon programme présidentiel – dès le mois de décembre 2011 – une proposition claire, nette et précise : que la France prenne l’initiative planétaire, dans le cadre de l’ONU, d’interdire au niveau mondial l’implantation de puces RFID dans le corps humain. Et cela au nom du principe suprême de la liberté de l’Homme et de la menace terrifiante d’une planète où nos enfants et petits-enfants pourraient être suivis, reconnus, et espionnés dans la moindre de leurs activités et de leurs opinions. Ayant repris à l’identique cette proposition lors de ma campagne pour l’élection présidentielle de ce printemps, cela m’a valu un article spécial sur le site en ligne du journal Le Monde dans sa rubrique intitulée « Les Décodeurs – Venons -en aux faits ». Selon le journal, cette rubrique vise à mettre en garde ses lecteurs contre les fausses rumeurs propagées sur les réseaux sociaux et, pour cela, à adopter une démarche rationnelle en en « venant aux faits ». L’article en question, publié le 18 avril 2017, avait pour titre : « François Asselineau sur les puces électroniques : fantasmes et réalité »   À bien y regarder, l’article était moins virulent contre moi que ne le laissait penser ce titre agressif et provocateur. Il avait d’ailleurs été rédigé par un journaliste dont on découvrait au passage qu’il avait écouté attentivement mes derniers entretiens d’actualité en date où j’avais abordé la question. Son article commençait par préciser un fait parfaitement exact : « Interdire le puçage des êtres humains : le candidat à l’élection présidentielle est le seul à l’évoquer, et il en fait un point important de son programme. » Puis il citait quelques-uns des faits allant dans mon sens. Néanmoins, le titre de l’article, comme le parti pris de son contenu, visait à me faire passer pour un candidat mettant un accent exagéré sur quelques faits décrits comme étant, somme toute, très localisés et bien mineurs. La présentation générale était ainsi conçue que le lecteur pressé ne pouvait retenir de ce « décodage » que l’impression d’un candidat un peu farfelu, « fantasmant » sur le danger imaginaire de voir se développer à toute allure l’implantation de puces RFID sous-cutanées chez les êtres humains. Bref, le Monde laissait entendre de façon insidieuse que je n’aurais pas été un candidat aussi sérieux que tous les autres candidats – Macron en tête bien entendu –, qui se gardaient bien de parler de cette question.   Quoi qu’écrive les « Décodeurs » du Monde, le puçage des humains continue à se développer de façon inquiétante Seulement voilà : un article du journal Le Figaro du 26 juillet 2017 vient apporter de nouveau de l’eau à mon moulin. Après la Suède, la Belgique, la France et l’Australie, c’est désormais des États-Unis que nous parvient une nouvelle information, selon laquelle «  l’entreprise américaine Three Square Market, spécialisée dans les logiciels de distributeurs automatiques, va proposer à ses employés la possibilité de se faire implanter une puce électronique dans la main. »   Le Figaro a l’honnêteté de reconnaître que « C’est une première aux États-Unis et elle fait froid dans le dos », avant de poursuivre : « Si la démarche est une première aux États-Unis, elle avait déjà été initiée dans certaines entreprises en Europe. […] La technologie employée par la firme américaine est similaire à celle utilisée pour les cartes de paiement sans contact ou l’identification des animaux de compagnie. Ainsi, pour franchir les portes de cette entreprise, située dans le Wisconsin, se connecter à leur poste de travail, utiliser la photocopieuse ou payer à la cafétéria, les employés n’auront plus qu’à tendre le bras. Sur les 85 employés de l’entreprise, une cinquantaine a déjà accepté l’expérience. » Soit dit en passant, notons qu’une majorité des employés a donc accepté servilement ce que leur patron leur demandait… Après avoir précisé que « le coût de la puce, dont la taille est similaire à celle d’un grain de riz, s’élève à 300 dollars » et que « les frais sont intégralement pris en charge par l’entreprise », le Figaro précise que, selon le directeur de cette entreprise, « l’implantation de puces électroniques sous la peau humaine [est] la prochaine grande avancée inévitable qui se produira ». Enfin, le Figaro conclut son article d’une façon qui donne rétrospectivement parfaitement raison aux analyses de l’UPR, en donnant la parole à un microbiologiste de l’Institut Karolinska, en Suède, qui dénonce les risques que font peser les puces électroniques sur la liberté des usagers. Selon lui, ces puces électroniques « peuvent collecter des données sur votre santé, sur votre localisation, sur vos horaires de travail, sur le temps que vous passez aux toilettes » et il ajoute : « Toutes ces données pourraient logiquement être collectées. Mais que se passe-t-il ensuite? Pour quoi sont-elles utilisées ? Qui peut y avoir accès ? » La vérité, c’est que, comme n’importe quelle autre technologie de sécurité, les puces RFID, censées améliorer la traçabilité des produits ou le contrôle d’accès des individus, lutter contre la fraude ou encore sécuriser les passeports électroniques, peuvent parfaitement faire l’objet d’un piratage. Même le ministère de l’intérieur américain a déconseillé l’utilisation des puces RFID en matière d’identification des êtres humains, et même Verichip, l’entreprise à la pointe du marché des implants sous-cutanés, reconnaît qu’il ne faut pas accorder trop de confiance à sa puce.   Les rayons X permettent de vois que ces deux mains – gauche et droite – portent chacune une puce RFID implantées en sous-cutané. Ce sont celles de Amal Graafstra, auteur d’un livre intitulé RFID Toys.   Commentaires  : Oui au « décodage » de l’actualité, Non à l’esprit de soumission et d’abandon S’il y a bien quelqu’un de favorable au « décodage » – pour le grand public – des événements et de la réalité dans tous les domaines, c’est quand même moi. N’en ai-je pas fait la preuve, depuis plus d’une décennie, en créant l’UPR et en mettant ainsi de côté ma carrière professionnelle ? Il se trouve que je me suis beaucoup […]

Puces RFID, une nouvelle étape est franchie aux États-Unis



BAE Systems, groupe aéronautique et de défense britannique a procédé au cours des dernières années à la vente d’« outil de surveillance massive à des régimes répressifs », à travers l’une de ses firmes danoises, rapporte The Guardian qui cite la BBC. Parmi les États qui se seraient procuré ce matériel de surveillance on retrouve l’Algérie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Oman, le Qatar et le Maroc. Surveillance de masse La technologie de pointe, nommée Evident, permet l’accès aux emails et aux téléphones d’un nombre important de personnes. L’outil pourrait rassembler et analyser des millions de communications faites par voie électronique ainsi que localiser une personne via les données émises par son téléphone. Selon la BBC, qui cite un ancien employé de la firme, Evident pourrait permettre de contrecarrer le chiffrement des communications. Des informations qui préoccupent les organisations de défense des droits de l’Homme selon qui cette technologie de surveillance serait utilisée pour faire taire et emprisonner les opposants aux différents régimes. Des documents obtenus par la BBC indiquent par ailleurs que des responsables britanniques n’ont pas vu d’un bon œil ces ventes. Ils craignent que l’exportation de ce type de technologie mette en péril la sécurité du Royaume-Uni et de ses alliés. Des emails échangés entre des départements britannique et danois indiquent que si le Royaume-Uni avait été consulté, il n’aurait jamais donné son accord pour une telle opération. De son côté, la société BAE justifie ses ventes par la lutte contre le terrorisme international. « Notre technologie joue un rôle crucial en permettant au Royaume-Uni et ses alliés de combattre la menace du terrorisme international, en soutenant l’application de la loi et en aidant à maintenir la sécurité publique, à la fois au Royaume-Uni et à l’étranger », indique l’entreprise d’armement, qui ajoute avoir évalué chaque contrat et être conforme aux régimes internationaux. Une technologie utilisée sous Ben Ali, en Tunisie Deux personnes interrogées par la BBC, racontent que le système de surveillance était utilisé en Tunisie et installé directement dans le sous-sol de l’une des maisons de l’ancien dirigeant Zine el-Abidine Ben Ali. « L’outil fonctionne avec des mots-clés. Vous mettez le nom d’un opposant et vous verrez tous les sites, blogs, réseaux sociaux liés à cet utilisateur », explique l’un des hommes interrogés. Certaines des informations, dont la majorité concernait des opposants, étaient directement communiquées à l’ancien président.   Sources : TSA / Presse-Algerie Partagez :0

L’Algérie a acquis une technologie de surveillance de masse qui permet d’espionner les emails et les téléphones


Plusieurs élus de La République en marche ou du MoDem pourraient bientôt se retrouver devant la justice. Compte caché à l’étranger, travail dissimulé, prise illégale d’intérêts, usage de faux… Malgré les promesses de probité du président de la République et l’exigence d’un casier judiciaire vierge pour se présenter aux législativessous son étiquette, plusieurs députés de La République en marche, élus dimanche 18 juin, sont sous la menace d’une procédure judiciaire ou ont été condamnés par le passé. Franceinfo dresse la liste des députés qui ont (déjà) des casseroles. Richard Ferrand, dans le Finistère Le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le 9 juin 2017 à Carhaix (Finistère). (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP) Son résultat. 6e circonscription du Finistère Ce qu’on lui reproche. C’est le cas le plus connu. Depuis le 1er juin, le ministre de la Cohésion des territoires est sous la menace d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Brest. Les enquêteurs cherchent à savoir si les bonnes affaires immobilières de l’ancien directeur général des Mutuelles de Bretagne « sont susceptibles ou non de constituer une infraction pénale en matière d’atteintes aux biens, de manquements au devoir de probité et aux règles spécifiques du Code de la mutualité ». Le Canard enchaîné a révélé que les Mutuelles de Bretagne ont, sous sa présidence, loué un local à sa compagne, permettant à cette dernière de réaliser une belle opération immobilière. Marielle de Sarnez, à Paris La ministre des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, le 11 juin 2017 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP) Son résultat. 11e circonscription de Paris Ce qu’on lui reproche. La ministre des Affaires européennes fait partie des élus du Modem concernés par l’enquête sur les assistants parlementaires du parti au Parlement européen. Après un signalement du Front national, la justice cherche à savoir si les assistants des députés centristes, rémunérés par Bruxelles, ont bien travaillé pour l’Europe et pas pour le parti. La vice-présidente du MoDem a porté plainte pour « dénonciation calomnieuse ». Depuis cette annonce, les révélations s’accumulent sur les pratiques du parti centriste. L’un des anciens collaborateurs de Jean-Luc Bennahmias, député européen, a dénoncé un emploi fictif à la justice. Franceinfo a révélé le 8 juin qu’une dizaine d’employés du parti avaient été rémunérés comme assistants parlementaires, bulletins de salaires « pour le moins troublants » à l’appui. Le Canard enchaîné s’est penché sur le cas de la secrétaire particulière du président du MoDem, François Bayrou, elle aussi rémunérée par l’Europe. Une enquête préliminaire pour « abus de confiance et recel de ce délit » a été ouverte le 9 juin par le parquet de Paris. Bruno Bonnell, dans le Rhône Le député Bruno Bonnell, le 8 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône). (PHILIPPE DESMAZES / AFP) Son résultat. 6e circonscription du Rhône. Ce qu’on lui reproche. Pendant la campagne, l’ancien patron d’Infogrames a vu remonter à la surface ses pratiques pas toujours reluisantes de chef d’entreprise. En 2008, la société de jeux vidéo avait été condamnée à verser 40 000 euros à l’Autorité des marchés financiers. En cause : la gestion de Bruno Bonnell, qui l’aurait amené à faire varier « artificiellement » le cours de son titre en achetant et revendant des actions en 2002 et 2003. Il lui est également reproché par ses adversaires d’avoir « restructuré » son patrimoine après son divorce pour échapper à l’impôt sur la fortune et d’avoir domicilié deux de ses sociétés dans un paradis fiscal. Corinne Vignon, en Haute-Garonne La députée de La République en marche Corinne Vignon. (FRANCE 3 OCCITANIE) Son résultat. 3e circonscription de Haute-Garonne Ce qu’on lui reproche. C’est France 3 Occitanie qui a révélé cette information. Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire contre Corinne Vignon après un signalement de l’administration fiscale. Cette dernière a relevé une possible dissimulation de revenus liée à son activité… de voyance astrologique. Selon France 3, chaque prestation était facturée 90 euros. Romain Grau, dans les Pyrénées-Orientales Le député Romain Grau (à gauche), le 7 avril 2012 à Perpignan (Pyrénées-Orientales). (MAXPPP) Son résultat. 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales Ce qu’on lui reproche. Le député est visé par une enquête pour « harcèlement moral » après une dénonciation anonyme, selon France Bleu Roussillon. Ce camarade de promotion d’Emmanuel Macron à l’ENA est directeur général d’EAS Industries, entreprise spécialisée dans la maintenance aéronautique à l’aéroport de Perpignan. Sur plus de 250 employés, au moins 10% sont en arrêt maladie, notamment pour surmenage. Le candidat s’est dit étonné. « Je n’ai été ni informé, ni convoqué par la justice. Je me tiens bien sûr à la disposition de tous si c’est nécessaire », a-t-il confié à France Bleu. Emilie Guerel, dans le Var La députée Emilie Guerel, le 13 mai 2017 à Paris. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP) Son résultat. 7e circonscription du Var Ce qu’on lui reproche. La députée est visée par une plainte contre X pour « escroquerie à l’assurance maladie », une plainte déposée par l’un de ses adversaires,Jean-Pierre Colin (UDI). Comme l’explique Var Matin, ce dernier la soupçonne de s’être mise en arrêt maladie à plusieurs reprises, entre janvier et mai 2017, pour participer à la campagne d’Emmanuel Macron. La candidate assure n’avoir « rien fait d’illégal ». Didier Martin, en Côte-d’Or Le député Didier Martin, le 11 juin 2017 à Dijon (Côte d’Or). (MAXPPP) Son résultat. 1re circonscription de Côte-d’Or Ce qu’on lui reproche. Le parquet de Dijon a ouvert une enquête préliminaire contre l’élu de Côte-d’Or. Comme le raconte France 3 Bourgogne-Franche-Comté, cet ancien président de l’office du tourisme de Dijon est soupçonné de « faux témoignages » dans une histoire de licenciement révélée par le mensuel L’Accent bourguignon. L’ex-directrice de la structure, licenciée en 2015, lui reproche « d’avoir influencé des salariés » de l’office « à rédiger des attestations en vue de consolider son dossier » de licenciement devant le conseil des prud’hommes. Didier Martin évoque de fausses accusations.   Source : FranceInfo Partagez :0

Législatives : ces nouveaux députés En marche ! qui ont (déjà) des casseroles


Ils sont africains, polonais ou bulgares et passent leur été dans les champs du Sud de l’Europe. Pour récolter pas moins de 5 millions de tonnes de fruits et légumes par an, en Espagne ou en Italie, des firmes agroalimentaires n’hésitent pas à employer des travailleurs saisonniers clandestins et à contourner les lois sur le travail. Sous-payés et en contact avec des produits chimiques dangereux, souvent ces travailleurs ont fui la guerre ou la pauvreté pour rejoindre l’Europe. Par Natalia MENDOZA , Valérie LABONNE , Laura SIPAN  Source : France 24   Partagez :0

Au cœur des nouveaux champs d’esclaves en Europe



pharmaceutique
Lorsque GSK met au point le vaccin contre l’hépatite B, il s’est arrangé pour être le seul et unique dépositaire du brevet sur l’hépatite B. Donc pour s’assurer de toucher une rémunération sur ce vaccin et sur chaque dose de vaccin vendue, il suffisait de l’associer à d’autres valences. Et en plus ils font coup double: si les concurrents veulent l’hépatite B, ils vont devoir passer au tiroir caisse aussi. C’est un succès ! L’ancien président de GSK, Jean Stephenne débouche le champagne ! « Nous avons acheté tous les brevets sur l’hépatite B, c’était la 1ère fois qu’un vaccin était protégé par un brevet. (…) On a développé des vaccins combinés, on a mis l’hépatite B avec d’autres produits qui n’étaient pas protégés par des brevets, et en faisant ça on rendait évidemment les produits combinés protégés. La stratégie, c’est pas plus compliqué que ça. » L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE NE CRÉE PAS DE REMEDES, ELLE CRÉE DES CLIENTS !Lorsque GSK met au point le vaccin contre l'hépatite B, il s'est arrangé pour être le seul et unique dépositaire du brevet sur l'hépatite B. Donc pour s’assurer de toucher une rémunération sur ce vaccin et sur chaque dose de vaccin vendue, il suffisait de l’associer à d’autres valences. Et en plus ils font coup double: si les concurrents veulent l’hépatite B, ils vont devoir passer au tiroir caisse aussi. C’est un succès ! L’ancien président de GSK, Jean Stephenne débouche le champagne !« Nous avons acheté tous les brevets sur l’hépatite B, c’était la 1ère fois qu’un vaccin était protégé par un brevet. (…) On a développé des vaccins combinés, on a mis l’hépatite B avec d’autres produits qui n’étaient pas protégés par des brevets, et en faisant ça on rendait évidemment les produits combinés protégés. La stratégie, c’est pas plus compliqué que ça. » Publié par Anonymous France sur samedi 24 juin 2017 Sources : Dans quel monde vit-on ? / France 2 Partagez :0

L’industrie pharmaceutique ne crée pas de remèdes, elle crée des clients !


François Bayrou a présenté mercredi 14 juin en Conseil des ministres, sa loi de moralisation de la vie publique. Mais le texte présenté va beaucoup moins loin que ce qu’Emmanuel Macron avait promis.  Emmanuel Macron voulait interdire la fonction de conseil, sauf que finalement, le texte présenté ne l’interdit pas. Il prévoit simplement d’interdire aux parlementaires de commencer une activité de conseil pendant leur mandat. Mais ceux qui auraient commencé cette activité un an avant leur mandat pourraient la poursuivre. La suppression du régime spécial des retraites a disparu « C’est cela aussi qui nous conduira à demander à l’Assemblée nationale et au Sénat de rapprocher le régime de retraite d’aujourd’hui acquis par nos parlementaires avec le régime de retraite de droit commun », déclarait le président. En somme, il s’agit de supprimer le régime spécial des retraites. Or, ce point a complètement disparu du projet de loi. De même, l’actuel président de la République voulait exiger un casier B2 vierge. Il est maintenant simplement question d’exiger qu’aucun crime et délit ne portent atteinte à la probité pour être parlementaire. Source : FranceInfo Partagez :0

Loi sur la moralisation : quand Emmanuel Macron fait marche arrière


Saïf le fils de Kadhafi et nouveau « Guide » de Libye, voici son message à son peuple ! Peut-on penser à un possible retour de la famille Kadhafi au pouvoir en Libye ? Libéré de prison, Saïf al-Islam Kadhafi veut sortir son pays de la troublante situation. Proclamé « Nouveau Guide » par plusieurs tribus, il s’est adressé aux Libyens. Condamné à mort en 2011, Saïf al-Islam Kadhafi a été amnistié et relâché il y’a quelques jours, après six ans de prison. Mais pour lui, il n’y a pas de temps à perdre. « Je suis libre et j’aimerais contribuer dans l’avenir à l’instauration d’une paix et d’une sécurité durable en Libye » a déclaré le fils du défunt dirigeant libyen. Depuis la ville de Zentan où il réside, Saïf al-Islam Kadhafi a lancé un message fort à la jeunesse africaine. « Je n’abandonnerai jamais la mission de mon père, celle pourquoi il n’est plus parmi nous aujourd’hui. Je suis jeune et formaté pour la même mission! Cette mission conduisant à la liberté, et à la dignité de l’homme. Que la jeunesse africaine soit sûre que la mémoire de mon père ne sera jamais trahie», a-t-il fait savoir. Selon son avocat, le fils de Kadhafi aurait une solution pour parvenir à une trêve nationale. « Saïf al-Islam a sa propre stratégie pour parvenir à une trêve nationale. Et il jouera un rôle certain dans cette étape et sa grande popularité y contribuera », a expliqué son avocat. Selon ses proches, Saïf al-Islam Kadhafi devrait dans les prochains jours s’adresser au peuple libyen et à la communauté internationale. Source : http://fr.afri-pulse.net/2017/06/14/libere-de-prison-le-fils-de-kadhafi-proclame-nouveau-guide/ Partagez :0

Saïf le fils de Kadhafi et nouveau « Guide » de Libye, voici son message à son peuple !



2
>>>À la question «que trouve-t-on dans une boîte de thon», vous répondriez «du thon». C’est exact, mais pas que… L’association 60 Millions de consommateurs a analysé la composition de 15 boîtes de thon vendues dans les grandes surfaces et y ont détecté toutes sortes de choses : arsenic, mercure, fragments d’organes ou arêtes… >>Les grandes marques (Petit Navire, Saupiquet, Connétable, etc.) comme les marques de distributeurs (Carrefour, Auchan, Leader Price, Casino, etc.) ont été testées. Et le résultat est donc édifiant. «Globalement, la conserve de thon de Leader Price s’en sort le mieux. Pour le mercure, trois références dépassent la moitié de la valeur réglementaire, qui est de 1 mg/kg : Petit Navire, Capitaine Nat’et Odyssée (Intermarché). L’arsenic présent dans la plupart des conserves analysées atteint même 1,7 mg/kg chez Capitaine Nat’, un taux près de six fois plus élevé que dans le produit Carrefour», précise l’enquête. La composition de la chair et du jus a également été analysée. Surprise : des arêtes, en quantité plus ou moins importante, ont été détectées. «Le thon Albacore au naturel de Cora est la marque qui en contient le plus. Mais on en trouve aussi dans le thon Saupiquet, pourtant l’une des références les plus chères de notre panel», souligne l’association. Moins de 20 % de poisson dans certains surimis Enfin «trois références – Saupiquet, Pêche Océan (E. Leclerc) et Casino – présentent des fragments de cœur. Des traces d’ovocytes ont également été détectées dans le thon Cora». Et ce n’est pas mieux pour le surimi, si certaines marques ont diminué les additifs et augmenté la part de poissons (au moins 50 %), certains produits demeurent catastrophiques avec moins de 20 % de poisson, de mauvaise qualité de surcroît, et de la farine, de l’huile, du sucre, du sel, des colorants et des additifs divers», a commenté Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs, qui apprécieront. Source : La Dépêche du Midi Partagez :0

Thon en boîte : l’enquête choc de 60 Millions de consommateurs


La ministre de la Santé Agnès Buzyn dit réfléchir à rendre obligatoires 11 vaccins. Certains politiques ont réagi en posant la question de l’intérêt pour les laboratoires pharmaceutiques, dont la ministre est proche. Industrie pharmaceutique et santé publique Publié le 17 Juin 2017 Anatomie d’un argument : les laboratoires ont-ils vraiment tant d’argent à gagner à la proposition de rendre 11 vacins obligatoires ? La ministre de la santé envisage de rendre onze vaccins obligatoires contre 3 aujourd’hui. Michèle Rivasi, eurodéputée écologiste, s’interroge sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques. Dans quelle mesure rendre ces vaccins obligatoires constitue-t-il un enjeu plus économique que sanitaire ? Claude Le Pen : Voir cette mesure comme un cadeau fait à l’industrie c’est prendre le problème par le petit bout de lorgnette ; c’est confondre causes et conséquences. Cette décision qui, en réalité, n’est guère surprenante est en partie motivée par des raisons techniques : le vaccin DTP contre les trois maladies « obligatoires » (diphtérie, tétanos, polio) n’est pas disponible en France et pour maintenir la couverture obligatoire contre ces trois maladies, la ministre n’avait d’autres choix que d’étendre l’obligation aux vaccinations « recommandées » par le calendrier vaccinal qui sont incluses avec le DTP dans des vaccins « combos » à valences multiples. Il est vrai que cela va à l’encontre d’une tendance consistant à formuler des « recommandations » plus que des obligations. Certaines vaccinations historiques – le BCG contre la tuberculose par exemple – ne sont plus obligatoires et le « calendrier vaccinal » a été réformé pour le rendre plus simple, plus lisible et moins contraignant. Mais face aux campagnes anti-vaccins et au dénigrement relayé par certains réseaux sociaux, le retour à l’obligation est apparu comme nécessaire. C’était l’une des conclusions de la « consultation citoyenne », commandée par Marisol Touraine, dont le rapport a été rendu en Novembre dernier : « L’élargissement du caractère obligatoire de la vaccination, assorti de conditions précises, est requis à titre temporaire pour reconquérir la confiance des citoyens au service de l’intérêt collectif ». Agnès Buzin suit finalement cette suggestion en optant pour une obligation élargie limitée à une période de 8 à 10 ans Le jury, composé de professionnels de la santé et de citoyens ordinaires, a écarté l’option d’une levée totale des obligations comme l’ont fait certains pays où la politique vaccinale recueille une forte adhésion. Mais en France où elle fait débat depuis quelques années, la levée de l’obligation pourrait par des effets désastreux de santé publique. On le voit avec la recrudescence de la coqueluche. C’est également le cas de l’Italie qui, le mois dernier, a rendu de nouveau obligatoire la vaccination contre ces mêmes 11 maladies ! ACTUALITÉ DES MARQUES L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION. Difficile d’être plus remarquable que GET. Remarquez, certains ont essayé.. Découvrez le premier épisode. Sur le plan économique il faut savoir que le marché des vaccins est un tout petit marché représentant moins de 1,5% du marché pharmaceutique remboursable ville-hôpital et même moins de 1% si on enlève les vaccins non concernés par la mesure comme la grippe, la rage ou la fièvre typhoïde… Ce marché étant en outre partagé entre 4 entreprises, les retombées économiques seront très faibles. C’est une décision courageuse qui aura un impact sur la santé publique mais peu sur le CA de l’industrie ! Stéphane Gayet : La France a réussi à imposer des prix bas pour un très grand nombre de médicaments, en comparaison aux prix pratiqués dans d’autres pays européens et hors de la Communauté européenne. En revanche, elle est, il faut le reconnaître, un pays à très forte consommation pharmaceutique. Toujours est-il que la baisse des prix des médicaments et le développement des génériques ont permis de réaliser 1,7 milliard d’euros d’économies ces dernières années. Parmi l’ensemble des médicaments, les vaccins sont peu coûteux. Le prix des vaccins est compris en moyenne entre 20 € et 40 €, ce qui est bas eu égard au service rendu. Les vaccins sont les médicaments dont les rapport bénéfices sur risques et bénéfices sur coût sont de très loin les plus élevés. C’est en grande partie grâce à la vaccination que la variole, la poliomyélite antérieure aiguë, la diphtérie, le tétanos, la rougeole, la rubéole, la coqueluche, l’hépatite virale B, la méningite à méningocoque ou encore la fièvre jaune ont beaucoup régressé, sans parler des maladies animales comme la rage et la maladie de Carré. Il faut être soit mal renseigné soit de mauvaise foi pour contester cela. Prenons quelques exemples (ce sont les coûts d’une injection) : le vaccin grippal a un prix d’environ 15 € ; le vaccin diphtérie-tétanos-poliomyélite (DT polio) d’environ 20 € ; le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) d’environ 25 € ; le vaccin hépatite B d’environ 35 € ; le vaccin diphtérie-tétanos-poliomyélite-coqueluche d’environ 40 €. Or, presque toutes ces maladies peuvent atteindre très gravement la santé ou même entraîner la mort. La pression exercée par le pouvoir exécutif et législatif sur les laboratoires pharmaceutiques pour qu’ils réduisent leurs marges sur les vaccins est telle que les vaccins les moins intéressants à produire finissent par faire l’objet de pénuries. En contraste avec le prix des vaccins, le prix de certains médicaments approche ou dépasse parfois largement le seuil de 1000 €. Les médicaments les plus coûteux sont certains antiviraux récents comme le dernier contre l’hépatite C (prix exorbitant), les médicaments contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), les médicaments anticancéreux, les antirhumatismaux récents, les antidiabétiques comme les insulines récentes ou encore les statines anticholestérol. Lorsqu’il s’agit de médicaments encore sous brevet (pas de générique possible), les marges financières sont importantes et la plupart de ces produits innovants et concernant des pathologies graves voient leur consommation augmenter rapidement d’année en année. Pour en revenir au projet de rendre obligatoires 11 vaccins chez les enfants, cela constituerait un coût annuel d’un peu plus de 100 millions d’euros. Or, la rougeole est en nette progression depuis 2011 en raison d’un […]

Anatomie d’un argument : les laboratoires ont-ils vraiment tant d’argent à gagner à la proposition de rendre 11 vaccins obligatoires ?


Selon une étude. Le cannabis serait bénéfique pour les cerveaux âgés. C’est le résultat d’un étude menée par l’université de Bonn et rapportée par Pour la science. Les chercheurs ont comparé le comportement de souris dans un labyrinthe plein d’eau. Les adultes mettaient plus de temps que les jeunes pour trouver un abri. Mais une fois traitées au THC, la substance active du cannabis, les performances des souris âgées s’amélioraient singulièrement rejoignant celles des jeunes. A l’inverse le THC diminue les performances cognitives des jeunes souris. Chez les vieilles souris âgées sous THC, «les chercheurs ont noté que les neurones de l’hippocampe, une zone cruciale de l’apprentissage, avaient plus d’épines dendritiques (les zones de contact avec d’autres neurones)», note Pour la science. De là à penser que le THC serait un remède anti-âge chez l’homme, les chercheurs allemands vont creuser. Source : Liberation.fr Partagez :0

Des pétards pour les vieux?